L'IMS sur BFM Business le 29 mai

Le 29 mai 2016, Sylvain Reymond, Responsable Mécénat et partenariats de solidarité d'IMS-Entreprendre pour la Cité, présentait sa chronique Mécénat & Communication...

Présentée par Didier Meillerand, A But Non Lucratif met chaque semaine en lumière une initiative positive, solidaire, caritative ou humanitaire financée par une entreprise. Sylvain Reymond, Responsable Mécénat et partenariats de solidarité d'IMS-Entreprendre pour la Cité, y présente régulièrement la chronique de l'expert Mécénat.
 
Le 1er mai 2016, l'IMS présentait une chronique "Mécénat et Communication". Pour écouter cette chronique, cliquez sur l'image ci-dessous. La chronique se trouve à 40' :

 

Sylvain Reymond est responsable du mécénat au sein d’IMS-Entreprendre pour la Cité, un réseau qui regroupe 270 entreprises engagées. Sylvain, vous accompagnez de nombreux membres de l’IMS dans la définition et la mise en œuvre de stratégies de communication dédiées à leurs politiques de mécénat. D’où cette question, comment bien parler de ses actions de mécénat lorsque l’on est une entreprise…
C’est un sujet assez complexe. Lorsque l’on est une entreprise mécène ou une fondation, difficile de revendiquer ses engagements ou de communiquer sur ses actions de mécénat sans être soupçonnée de vouloir faire parler de soi. De vouloir se donner bonne conscience. En France plus qu’ailleurs, cette défiance vis-à-vis des entreprises, dès lors qu’elles s’expriment sur leurs engagements, est exacerbée. Si beaucoup de ces engagements gagnent à être connus et reconnus, nos mécènes préfèrent souvent rester discrets. Et ce choix est davantage subi que choisi…
 
Pourtant Sylvain, les entreprises françaises sont assez exemplaires en matière de mécénat… et beaucoup moins prolixes que leurs homologues anglo-saxons par exemple ?
Très clairement oui. C’est tout le paradoxe. Les entreprises françaises et les membres de l’IMS notamment, se positionnent en tête du mécénat dans le monde. Nos chiffres, mais également tout dernièrement ceux de l’Admical sont sans appel et confirment ce point. Pourtant, la moitié des français ne savent pas ce qu’est le mécénat d’entreprise. Et c’est cette méconnaissance qui est à l’origine de cette défiance…
 
Comment s’y prendre pour encourager cette prise de conscience ?
Et bien c’est aux entreprises elles-mêmes, à travers les contreparties de visibilité auxquelles elles peuvent prétendre, mais aussi à nous l’IMS, aux autres réseaux, d’engager ce changement de mentalité. Je le disais ici même le 1er mai dernier : s’il est vrai que le mécénat représente un incroyable levier d’image et de réputation pour l’entreprise, il faut comprendre que c’est aussi et surtout la cause, affiliée à une marque forte, qui bénéficie avant tout de cette visibilité. Les entreprises sont d’indéniables ambassadeurs potentiels pour chacun de leurs porteurs de projets et vice versa.  
 
Si je vous entends bien, les entreprises doivent donc s’appuyer en premier lieu sur leurs partenaires pour porter leurs messages ?
Oui c’est exactement ça. Une bonne communication affiliée au mécénat se pense à destination de ses communautés. Chaque membre de cette communauté est un ambassadeur potentiel de la cause que l’entreprise mécène et son partenaire défendent. En fait, le principe c’est de faire parler de soi… sans pour autant parler soi-même. C’est théoriquement ce que l’on appelle la communication à deux étages qui consiste à miser sur une force de prescription. Collaborateurs, porteurs de projets, bénéficiaires… mais aussi fournisseurs, prestataires ou même les clients, tous peuvent se faire les porte-paroles du mécène… Il est donc essentiel de s’adresser régulièrement à eux.
 
Je suis bien placé pour vous dire Sylvain, que tout l’enjeu pour ces mécènes est également de savoir s’adresser aux journalistes…
Bien sûr. Aux journalistes mais aussi aux fameux influenceurs et leaders d’opinion qui font la pluie et le beau temps sur les réseaux sociaux. La réussite de cette communication passe très clairement par la capacité du mécène à formaliser son credo, à revendiquer une cause fédératrice, à porter une vision forte… C’est ainsi que la Fondation Rexel œuvre « pour le progrès énergétique » ou que Michelin par exemple s’engage en faveur de « l’homme en mouvement »… Ce sont ces ambitions, ces belles histoires à partager qui permettent ensuite de faire passer les bons messages et de mobiliser plus largement.
 
Un dernier conseil que vous souhaiteriez donner Sylvain à des entreprises qui peinent à se faire entendre ?
Oui, je dirais que la base de toute communication affiliée au mécénat est de donner sans cesse des preuves de son action. L’évaluation et la mesure d’impact dont nous parlons beaucoup ici viennent de plus en plus nourrir cette communication de réassurance. Ainsi, il faut bien comprendre que communiquer sur son mécénat c’est transformer le passage à l’acte en une prise de parole… et que ce n’est surtout pas le contraire !
 
Merci Sylvain, retrouvez toutes les infos de la chronique de Sylvain Reymond sur le compte twitter de l’émission @abutnonlucratif.
 

A propos d'IMS

IMS-Entreprendre pour la Cité regroupe et accompagne les entreprises engagées dans des démarches de Responsabilité Sociétale (RSE).
 
Contact:

IMS-Entreprendre pour la Cité
11 rue Barbet de Jouy
75007 PARIS

Tel : 01 85 74 77 40