Current Zoom: 100%

Etude Mutationnelles : quelle place pour les femmes dans les sciences et technologies ?

Réalisée depuis 7 ans, par le cabinet Global Contact pour Orange, l’enquête Mutationnelles, porte sur l’emploi et la formation des femmes dans les sciences et technologies. Cette enquête rend visible la place et l’avenir des femmes en France et sur le plan international dans les sciences et technologies.

Globalement, les résultats de l’enquête internationale Mutationnelles Y-Factor  2015 montrent  que la part de féminisation des formations scientifiques et techniques ne progresse pas ou très peu depuis 10 ans. Retard prononcé parmi les pays occidentaux tandis que l’Asie et l’Europe de l’Est prennent de l’avance.
1.    Formation : Proportion de femmes par filière d’étude dans l’enseignement supérieur
Alors que la part des femmes dans la filière Ingénierie, production, construction,  évolue très peu en dix ans (+ 4 point), on notera une tendance générale à la baisse au sein des autres filières d’étude dans l’enseignement supérieur :
-    Sciences : Elles représentent 36 % des effectifs  en 2013 alors qu’elles représentaient 41 % en 2003, soit une chute de 5 point.
-    Agriculture : Alors qu’elles représentaient 52 % des effectifs  en 2003,  elles ne représentent plus que 48 % en 2013, soit une baisse de 4 point.
-    Santé : Avec une proportion de femmes culminant à 78 % des effectifs  dans la filière d’étude de la santé en 2003, ce fort taux de présence dans les effectifs  de l’enseignement supérieur est écorché par une baisse de 5 point en dix ans. On ne compte désormais plus que 73 % de femmes  au sein de la filière Santé dans l’enseignement supérieur en 2013.

2.    Emploi : Proportion de femmes dans les métiers scientifiques et techniques
Si la part des femmes reste encore inférieure à la part des hommes dans les métiers scientifiques et techniques (41 % contre 59 %), on notera que la France se positionne malgré tout dans la moyenne européenne (40 % contre 60 %).  
L’Irlande se distingue par sa 1ère place en parvenant à une parfaite équité femmes et hommes dans les métiers scientifiques et techniques. La Finlande fait figure de « bonnet d’âne » en parvenant seulement à 30 % de femmes dans les métiers scientifiques et techniques contre 70 % d’hommes.

3.    Niveau de Satisfaction : Comparaison du niveau de satisfaction entre tous les répondants et les répondants en sciences et techniques.
Par cette comparaison, on constate globalement que les Femmes ont un niveau de satisfaction plus élevé que la moyenne des femmes dans les secteurs scientifiques, techniques et industriels. Cette différence peut s’expliquer par une forte implication des grands groupes du CAC 40 sur ces sujets  puisque 75% de l’échantillon est salariés dans des groupes de plus de 1000 salariés.
            Plusieurs indicateurs :
La nature du travail, les conditions de travail, la gestion de carrière et l’équilibre vie privée/vie professionnelle sont les différents indicateurs  pris en compte afin de mesurer le niveau de satisfaction.
Parmi eux,  alors qu’on observe encore un niveau de satisfaction plus faible chez toutes les femmes interrogées (tous répondants et tous secteurs, sciences et techniques inclus) sur la gestion de carrière (55%) par rapport aux hommes (60%).

Force est de constater un niveau de satisfaction un peu plus élevé que la moyenne des femmes dans les secteurs scientifiques, techniques et industriels sur la nature du travail exercé, les conditions de travail et l’équilibre vie professionnel/vie privée.

Pour consulter cette étude : http://yfactor.org/actwise/downloads/YACTOR%202015_EXT.pdf

 

A propos d'IMS

IMS-Entreprendre pour la Cité regroupe et accompagne les entreprises engagées dans des démarches de Responsabilité Sociétale (RSE).
 
Contact:

IMS-Entreprendre pour la Cité
11 rue Barbet de Jouy
75007 PARIS

Tel : 01 85 74 77 40